Vivienne Westwood et sa collection UNISEX


Une collection mixte, unisexe, comme l’indique son nom. En effet, comme l’on fait les grandes maisons Gucci ou Rag & Bone, la créatrice Vivienne Westood a décidé de fusionner ses collections de prêt-à-porter homme et femme pour n’en faire plus qu’une avec comme introduction à ce nouvel ère, sa collection UNISEX.

On a pu le voir maintes et maintes fois, Vivienne Westwood est avant tout militante pour une mode « gender-fluidity », mêlant les genres et les conventions – ce qui est représentatif de son défilé printemps-été 2017 dans lequel les femmes s’avançaient dans des shorts style caleçons pendant que les hommes défilaient en jupes et cheveux longs. Aujourd’hui, la créatrice anglaise, accompagnée de son allié et mari Andreas Kronthaler, va au bout de son idée et la concrétise sous la forme d’une collection aussi bien pour les hommes que pour les femmes : UNISEX.
On ressent un mix des deux univers de ce couple de créateurs, même si la touche de Vivienne Westwood demeure très présente. Car même si elle s’inspire de ses convictions et revendications pour ce nouveau travail, ses pièces restent néanmoins à son image, rebelles et structurés.

vivienne-westwood-unisex

On remarque un travail sur de la maille asymétrique et ajourée qui vient s’enrouler sur les corps. Des jupes et des robes, aussi bien sur femmes que sur hommes, sans faire l’impasse sur la tendance sartoriale toujours dans le cœur de la marque anglaise, cette fois ci abordée de façon oversized.
En effet, dans cette collection, les volumes s’agrandissent, s’échappent, notamment dans des maxi vestes au larges épaules, des chemisiers aux manches XXL et aux cols rebrodés, dans des capes longues à n’en jamais finir ou encore par un style tailoring avec des pantalons loose et des tailleurs amples.
Une collection tout en légèreté par l’utilisation de matières légères permettant ses vestes et manteaux souples à enfiler, ses grands drapés sur les robes. Côté coloris, on se réchauffe dans des nuances d’orange, de bordeaux et de rouge mais aussi par des imprimés et textures « patchwork » qui vont en rajouter encore plus au volume des pièces.
Pendant son défilé, elle va exagérer les accessoires. Des guêtres sur les jambes, des manchettes sur les bras, jouant avec son excentricité légendaire, elle va réussir à entrelacer les genres.

A travers cette collection, Vivienne Westwood nous offre un éventail de pièces déstructurées aux formes disproportionnées pour un public qui se veut semblable.­

Auteur : Lisa Comelli