Iris Apfel, « l’oiseau rare de la mode »


iris-apfel« On m’a dit un jour, ‘Tu n’es pas jolie, et tu ne seras jamais jolie. Mais tu as quelque chose de bien plus important: tu as du style.' » Parmi les silhouettes les plus photographiés par les style hunter dans les rues de New York, on remarque particulièrement cette femme affublée de lunettes surdimensionnées et d’une accumulation de bijoux chinés autour des poignets : il s’agit d’Iris Apfel, 93 ans, une des icônes de mode les plus respectées. Cet oiseau rare de la mode choisit toujours des vêtements qui la rendent heureuse, elle ne cherche pas particulièrement à se rebeller contre les tendances ou à changer le monde. Ce qu’elle aime par dessus tout, c’est voyager, découvrir les traditions, chinoises, indiennes, les motifs africains, et, bien sûr, chiner du vintage dans les puces du monde entier. En 2013, elle a été répertorié comme l’une des cinquante meilleures femmes les mieux habillées de plus de 50 Ans.

Iris Barrel, de son nom de jeune fille, est née à New-York. Elle a étudié l’histoire de l’art à l’Université de New York et a fréquenté l’école d’art à l’Université du Wisconsin. En 1948, elle a épousé Carl Apfel. Deux ans plus tard, ils ont lancé l’entreprise textile Old World Weavers. Grâce à leur entreprise, le couple a commencé à voyager partout dans le monde où la jeune femme a commencé à acheter des pièces occidentales et des vêtements artisanaux. Grande collectionneuse de vêtements , ces pièces-  ont fait l’objet d’une exposition au MET. la nonagénaire a légué 900 pièces de sa garde-robe ( griffées Karl Lagerfeld, Christian Dior, Alexander McQueen…) au musée Peabody Essex de Salem dans le Massachusetts. Elle a aussi collaboré avec MAC pour une ligne de cosmétique. De 1950 à 1992, elle a participé à plusieurs projets de décoration d’intérieur, y compris pour le projet de rénovation de la Maison Blanche. À 90 ans, en 2012, cette énergumène de la mode a été professeur invité à l’Université du Texas à Austin. Connue pour son style ultra travaillé, Iris Apfel l’est d’autant plus pour son sens de la répartie, qui en fait une invitée récurrente de nombreuses conférences et tables rondes sur la mode. A propos de ses excentricités vestimentaires, elle avoue : « Je ne m’impose pas de règles, parce que je passerai mon temps à les enfreindre – ce qui est clairement une perte de temps! » Une allure singulière et une personnalité hors du commun qui a retenu l’attention du documentariste Albert Maysles. Un film construit autour d’un dialogue entre l’îcone et le réalisateur. L’occasion de vérifier le sens de la répartie de celle qui n’hésite pas à sortir ses cuissardes en satin rose Yves Saint Laurent pour parader au premier rang des défilés. Retenez l’extravagance et le toupet de cette femme, elle n’a pas encore fini de faire parler d’elle.

Auteur : Alizée Hénot