Nikon D5 : présentation


Le Nikon D5, remplaçant du Nikon D4S vient d’être présenté au CES. Voyons ce que propose ce nouveau boîtier reflex haut de gamme…

  • Caractéristiques techniques

Avec une sensibilité ISO native de 100 à 102.400 (extensible jusque 3.280.000), le nouveau capteur plein format Nikon de 20,8Mpx offre donc plus de pixels que les 16,2Mpx sensibles nativement jusque 25.600 du D4S. Avec ces deux crans supplémentaires de sensibilité, nous devrions obtenir des images particulièrement précises et avec un niveau de bruit jamais atteint auparavant.

Nikon D5

Mais la principale nouveauté se situe au niveau de l’autofocus. Avec un nouvel AF disposant de son propre processeur et offrant une large couverture et 153 points de mesure (dont 99 en croix), le D5 dispose ainsi de pas moins de 3 fois plus de points de mesure que tous les précédents modèles qui n’avaient « que » 51 mesures pour faire la mise au point ! De plus, cet autofocus dispose d’un point central de mesure ayant une sensibilité de -4EV ce qui permettra sûrement au D5 de se sortir bien plus facilement des situations à faible luminosité. Les autres points de mesure ont une sensibilité de -3EV contre les -2EV de tous les points de mesure du D4S. Enfin, ajoutez à tout cela un capteur RGB composé de 180.000 points de mesure de la distance, soit le double du capteur du D4S. Bref, le D5 dispose donc tout simplement du plus sensible des systèmes actuels.

Nikon-D5-AF-System

Autre nouveauté, le processeur Expeed 5 permet maintenant de filmer en 4K jusqu’à 60 images/seconde ainsi que de faire du « slow motion » (mode ralenti). Nikon propose (enfin) un menu dédié à la vidéo dans les paramètres du D5. L’USB 3.0 fait son apparition : c’est bienvenu avec l’augmentation de la taille des fichiers photo et vidéo. Si la batterie reste la même, le boîtier s’annonce moins gourmand en énergie avec une autonomie jusqu’à 3.780 déclenchements contre les 3.000 shoots du D4S.

On disposera aussi maintenant d’un réglage automatique de la balance des blancs. Le D5 offre la possibilité d’être commandé à distance via l’adaptateur externe WT-6A qui permet ainsi de disposer du wifi 802.11ac. A ce propos, le nouveau flash SB-5000 permet d’être lui aussi piloté, par radio fréquences cette fois, nouveauté accessible uniquement via le D5, et le nouveau D500, via l’adaptateur WR-R10.

Les déclenchements ne sont pas en reste avec un mode rafale jusque 14 images par seconde (avec l’autofocus désactivé et 12 images avec l’AF/AE actifs) et un buffer d’images permettant de stocker jusque 200 shoots (si l’on utilise une carte XQD). Pour obtenir une telle cadence, le miroir et l’obturateur ne sont plus synchronisés permettant ainsi de shooter miroir relevé.

Nikon-D5-back

Son écran tactile de 2.359.000 pixels permet de visualiser les images de manière claire et une navigation dans les menus bien plus naturelle mais surtout un contrôle de la mise au point en mode Live View. La résolution de 253 ppi en VGA avec 921.000 pixels sur le D4S passe à 403 en XGA sur le D5 : les images devraient être bien plus agréables à contrôler, même si la taille reste à 3,2″ / 8cm.

Un point de vigilance sera à accorder au stockage : Le D4S proposait un stokage mixte CF+XQD : c’est terminé. Si le D5 propose un double logement, il faudra choisir, dès l’achat, entre 2CF ou 2XQD. Voilà une bonne nouvelle qui évitera d’avoir des cartes de différents types dans son sac ! Je ne saurais trop vous conseiller de choisir le double XQD : plus petites, plus rapides, ces cartes, sans connecteur à « aiguille », sont l’avenir avec, en plus, une insertion plus simple.

Nikon-D5-vs-Nikon-D4s

 

Du côté du design, on notera quelques modifications semblant minimes mais certaines ne sont pas forcément anodines. Premier ajustement : le boîtier est légèrement plus grand, notamment au niveau de la poignée qui est plus épaisse et moins ronde. Sur le dessus, certains boutons ont changé de place ou de fonctionnalité. Le bouton braketing prend la place du bouton de réglage de commande du flash. Le bouton « mode », remplacé par le réglage de la sensibilité, prend alors la place du bouton de braketing. Le changement d’ISO est maintenant bien plus rapide car ne nécessitant plus de retirer son oeil du viseur (il est précédemment à l’arrière du boîtier). Les touches autour du déclencheur sont légèrement déplacées pour une meilleure ergonomie. Autre changement, le D5 propose maintenant 3 touches fonctions au lieu d’une : deux à l’avant entre l’objectif et la poignée et une à l’arrière en remplacement du bouton « info ». Enfin le joystick multi-fonction a été légèrement agrandi. Si les dimensions sont sensiblement similaires, le poids grimpe de 50g pour passer à un peu plus de 1.400g, le boîtier CF étant 10g plus lourd que la version XQD.

Nikon-D5-Top-vs-D4s-Top

Bref, le D5 reprend tout ce qui a fait la réussite du D4S en améliorant le contenu technique et sa prise en main. Je vous laisse découvrir la vidéo promotionnelle de Nikon qui rassemble toute les caractéristiques essentielles :

  • Pour qui, pour quoi ?

Le D5, avec son nouvel autofocus et sa sensibilité ISO accrue, sera une nouvelle arme de choix dans le monde de la photographie sportive, architecturale ou encore nocturne. Il n’en reste pas moins que ce nouveau boîtier sera toujours parfait pour la prise de vue en studio avec son nouveau capteur.

Pour les photographes professionnels qui utilisent quotidiennement leur D4S, toutes les nouveautés (capteur, AF, vidéo, cadence, écran ou ergonomie) font de ce D5 une belle arme. Les photographes occasionnels qui auraient le budget de ce beau jouet seront peut-être « dépassés » par ce boîtier et devront sûrement s’attarder sur le D500 (format DX), qui a été simultanément présenté au CES, et qui partage un certain nombre de caractéristiques.

  • Conclusion

Nikon propose là un appareil bien mieux armé pour la prise de vue sportive avec son nouvel autofocus ultra-sensible. Les nouveautés par rapport au D4S le rendent particulièrement attractif. Disponible à partir de mars, seul peut-être son prix, qui subit pour l’occasion une hausse, pour passer à 7.000€ (probablement 6.500 quelques semaines après sa sortie) pourra être la mauvaise nouvelle nouvelle de cette annonce. On attend maintenant la réponse de Canon !

Sources :
http://www.nikon.com/news/2016/0106_dslr_01.htm
http://www.nikon.fr/fr_FR/product/digital-cameras/slr/professional/d5
https://photographylife.com/nikon-d5-announcement
https://photographylife.com/nikon-d5-vs-d4s

 

Auteur : Christophe BRETON