Interview : deCorban


      1) peux-tu te présenter et nous parler un peu de ton parcours :



Salutations, alors moi c’est Grégoire, alias deCorban. Photographe de femmes depuis le premier jour ou j’ai eu un truc pour prendre des photos. Mon premier appareil photo a été une webcam en 2005 et je prenais des photos de ma première petite copine, devant un drap blanc. Ensuite je piquais le bridge de mon frère. Dans le même temps je collectionnais pas mal de photos de charme de plus ou moins bon gout haha, en surfant sur hebus.com et je faisais mes premiers pas de bébé sur toshop.
en 2006 j’ai un bridge Fuji Finepix S5600, je shoote tout ce que je peux, les copines et petites copines (c’est moche à souhait haha), beaucoup d’autoportraits, je retouche sur Picasa, désaturations partielles et flous à volonté haha.
En 2007 je shoote une amie de l’école de dessin, type cocooning et lingerie puis en nu. Les photos sont potables, déclic. Ma mère avait même repris une de mes photos en pastel.
Puis j’arrive à Nantes, et en 2008 je rencontre une fille sur Netlog (sisi nostalgie) qui deviendra une grande muse. Avec elle naitra l’embryon de ma série « Ce matin ».

DeCorban

Les copines proposent leurs copines pour s’essayer au jeu de la photo. Je m’improvise aussi photographe des soirées électro sur le Hangar à Bananes de Nantes, mes photos type flash + pose longue dynamique plaisent.
En 2009 je passe au réflexe avec un Canon 450D, je traite les photos sur Lightroom mode bourrin.
Lors d’une grosse soirée électro en juin 2010 je me fais voler tout mon matos, j’arrête la photo.
En septembre 2011 j’arrive sur Paris, je m’achète un 600D. Avant je m’appelais « Alberto Knox », nom tiré d’un personnage d’un roman, ce sera « G. de Corban » avec mon logo actuel trouvé par hasard pendant un délire photo. Je reprends les photos de soirées électro sur Paris, principalement entre le Batofar et les Caves Saint Sabin. Je découvre un vivier de jeunes modèles potentielles que je mets du temps à exploiter. 
En septembre 2013 je sépare photo de modèle et de soirée et m’éloigne de cette dernière. Je m’appellerai « deCorban ». La création de ma page est quasi mise en scène et je mets les pieds dans le plat en publiant une photo de mon premier shoot en tant que deCorban sur le célèbre site bonjourmadame.fr.
Au revoir la fac, bonjour Pole Emploi, en octobre de la même année je pose la première pierre de la série « Ce matin » et enchaine les séances.
En Janvier 2014, je débarrasse un ami de ses soft box, flashes et télécommandes, j’achète un fond noir. C’est parti pour le studio. Je découvre aussi les groupes Facebook F/1.4 et donc les tutoriels Photoshop de Sébastien Roignant, une claque, une révolution. « Next Level is Now ».
Je participe à un workshop pour progresser avec Willy Viez. Il est très bon pédagogue, très sympa, très instructif.

DeCorban
En septembre 2014 je passe au plein format avec le Canon 6D grâce auquel je peux enfin profiter de mon unique 50mm f/1.4 USM. La suite c’est des shoots, des shoots, encore des shoots et plein de merveilleuses rencontres.

2) Peut-on définir ton style ? Il me semble que tu affectionne la lumière naturelle.



Mon style ? Il parait que j’ai une patte reconnaissable, moi j’ai le sentiment de toujours chercher. Je dirais que je recherche la beauté, la douceur et l’érotisme naturels et spontanés de la femme. Je me suis bercé aux photos de charme à l’américaine, j’affectionne aussi la photo de mode et de beauté des magazines. Mais il manque toujours ce naturel, ce romantisme, cette innocence et cette espièglerie de la française, le je ne sais quoi de caractère qui fait le charme tant jalousé à la française, aujourd’hui étiqueté sous le nom « la Parisienne ». 
Mes photos sont comme des impressions de rêves, des persistances rétiniennes d’un instant ou la femme est créature divine, fertile, nymphe, déesse. Comme une fleur qui demande à être cueillie mais qui périt et disparait en un instant une fois fait. Une licorne farouche.

Cette femme apparait dans des ambiances brumeuses, vaporeuses, à l’aube, au crépuscule, dans la pénombre ou baignée d’une lumière forte, quand l’esprit est confus. Un battement de cils et elle disparait. Mon univers est donc contrasté et flou, saturé et brumeux, entre réalité et fantastique, comme un vague souvenir mélancolique d’un rêve perdu.

DeCorban

Au sujet de la lumière naturelle, oui je l’aime beaucoup. Elle est pleine, riche, colorée, chaude, changeante. Il faut toujours l’apprivoiser, s’adapter. On peut bien sûr aussi sculpter la lumière en studio, mais c’est …différent, ça sonne faux.

3) Pour toi qu’est-ce qu’un modèle parfait ? En as-tu déjà rencontré ?



C’est quoi un modèle parfait ? Y a-t-il des modèles parfaits ? Et des photographes parfaits ? Mes modèles sont même rarement modèles à proprement parler. Je dirais que je ne shoote pas des modèles, je shoote l’instant T entre moi et le modèle avec les caractères et états d’esprit présent à cet instant. Les meilleures photos viennent quand l’alchimie opère, qu’on se comprend, qu’on joue ensemble.
En y repensant j’ai eu une modèle pro pendant un workshop, qui m’avait fait un enchainement de poses sublimes entre chaque clic justement grâce à cette complicité. D’autres, débutantes quand je les avais repérées, se sont révélées naturellement actrices, spontanément joueuses avec mon objectif, un pur délice. Souvent quand cette magie opère, on tisse des liens d’amitié et ce sont des modèles que je revois sur le long terme. Les modèles, c’est « comme une boite de chocolat ».

DeCorban

4) Y a-t-il un style ou une thématique qui te travaille et que tu aimerais tester ?

Oui plein, mais CHHHHHHHH !
Oui, j’envisage de faire du packshot, de la beauté puis de la mode pure. Je réfléchis aussi à des projets de plus grande envergure, notamment en exterieur.

DeCorban
5) Une liste de 5 photographes dont tu adores le travail et pourquoi ?

Cinq ?! Hum …
Number one : Peter Coulson, pour son graphisme épuré, ses noirs et blancs et la force qu’il exprime dans ses modèles.
N°2 : Sebastien Roignant, forcément… Le pauvre il a créé une armée de mini-lui grâce à ses tutos haha. Mais ses photos de mise en scène m’ont donné envie d’agrandir mon champs de vision.
N°3 : François Benveniste. Ses nus bruts et épurés dans des décors de rêve me mettent en rage presque à chaque fois haha.
N°4 : David Mozelman, pour ses portraits doux, la clarté de ses photos
N°5 : NQV pour ses clichés mode agressifs et puissants dans des magnifiques noirs et blancs.

6) Tu n’as jamais exposé il me semble … Cela te plairais ?



Exposer, j’adorerais. Mais j’hésite entre exposer pour exposer, pouvoir dire « hey hey viendez tous, j’expose ici ! » et exposer parce qu’un jour quelqu’un m’aura trouvé et voudra montrer et partager mon travail. Ce n’est quand même pas la même chose.
Sinon je rêve à un grand studio aux possibilités infinies pour créer de grandes choses, des ambiances grandioses.

La suite au prochain épisode ?

DeCorbanDeCorbanDeCorban0000_ 2015-11-18 à 20.51.16

Pour en voir plus :