Prise en main du nouveau Profoto B2


Profoto-B2

Source : Profoto

Présentation

En ce début d’Octobre j’ai eu la chance de pouvoir disposer d’un kit Profoto B2 pour une séance de test. En effet, je suis photographe professionnel et depuis un moment je cherche une solution extérieure pour des flashs. La solution sur batterie est bien évidement celle que je recherche. J’ai tout d’abord était intéressé par son grand frère, le profoto B1 qui a les avantages de bénéficier d’une mesure TTL, selon le boitier que l’on utilise, mais aussi et surtout le fait de disposer d’une batterie unique par flash. La compacité du B2 quant à elle marque un vrai plus, j’ai donc décidé de me lancer sur ce choix.
Voici mon retour…

Caractéristique constructeur
-Max energy: 250Ws
-Energy range: 9 f-stop (2.0-10.0 ; 1/256-1/1)
-Recycling time: 0.03-1.35s (Quick burst up to 20 flashes/second)
-Flash duration Normal mode (t0.5): 1/9300 s (1Ws) – 1/1,000 s (250Ws)
-Flash duration Freeze mode (t0.5): 1/15,000 s (1Ws) – 1/1,000 s (250Ws)
-Guide number 2m / 100 ISO with Magnum Reflector: 32 2/10
-Battery capacity: Up to 215 full-power flashes
-Max modeling light: LED 9W (Equivalent of 50W Halogen)
-Radio sync & control: Yes, built in AirTTL supporting wireless sync, control
-Size Generator (incl. battery) : 16 x 8 x 17 cm
-Size Head (excl. stand adapter): 10 cm Ø 10.3 cm length
-Weight Generator (incl. battery): 1.6 kg
-Weight Head (excl. stand adapter): 0.7 kg

Source : Les numériques

Prise en main
Par une matinée ensoleillée j’ai commencé à apprivoiser le matériel. De prime abord, pour les initiés de la marque, pas de mauvaise surprise. La qualité est au rendez-vous, que ce soit dans la fabrication du produit en lui-même ou encore pour la sacoche, l’affichage LCD, etc…

Ce produit made in UE suit vraiment la ligne directrice que veut le patron de cette marque suédoise, c’est-à-dire l’intuitif.
Ce qui est bluffant avec du matériel comme celui-ci est qu’à peine allumé on comprend aisément comment le régler, et même avec des réglages pas vraiment réfléchis, les images sont exploitables.

Profoto B2
Deux flashs connectables, réglables avec leurs molettes respectives en face. Six groupes de flashs peuvent être créés, A / B et C bénéficiant du TTL et D / E et F en réglage manuel. La batterie pèse 800 gramme autour du coup et la tête flash 700g, c’est très agréable cependant cela ne permet pas non plus de réussir à travailler sans assistant. La batterie est fournie avec un câble qui permet, en plus de recharger la batterie, de réussir à travailler en studio sur secteur sans que cela ne puisse venir altérer la batterie avec le temps.

La plupart des choses que l’on demande à un générateur commun sont bien évidemment comprises dans celui-ci (lampe pilote on/off, bip sonore…) et chaque réglage est appliqué à un seul et unique groupe, cela donne ainsi une latitude de réglages appréciables en fonction des préférences de chacun. Neuf gradations de réglages de diaph 2.0 a 10.0 par incrémentation de 0.10 IL. Encore une chose sur cette partie liée à la batterie. Il y a trois modes sélectionnables Normal / Freeze et Quick Burst. À mon avis le mode quick burst est dédié à la prise de vue sportive, la puissance reste bloquée de 7.0 à 10.0 de façon à avoir une utilisation proche de la lumière continue avec un recyclage ultra rapide. Inconvénient de cela, la puissance réellement délivrée est assez réduite du fait que chaque torche ne fait que 250 joules, donc utile si le sujet n’est jamais trop loin de la source lumineuse.

Le mode Freeze qui permet de réduire la vitesse de l’éclair de moitié quasiment. Cela est très appréciable pour des images qui nécessitent une netteté absolue comme une goutte d’eau tombant sur un support par exemple. L’inconvénient de ce mode est qu’il va perdre en efficacité sur la stabilité de la température de couleur. Donc peu conseillé pour une utilisation en extérieur s’il faut en plus gérer la lumière ambiante.

En ce qui concerne la tête flash a proprement parlé, rien de très spécial à noter pour ma part. Système Profoto accueillant leur large gamme de light former, rien à redire. La lampe pilote fourni 50W, en intérieur c’est parfait. En extérieur cela manque peut-être d’un peu de puissance si l’on souhaite vraiment modéliser le rendu des modeleurs mais en même temps je crois que c’est le même problème avec un peu près tous les flashs extérieurs.

Caractéristiques techniques expliquées il est temps de passer dehors.

On se retrouve ainsi sur les coups de 10h30 sur les quais de Paris Bastille avec un soleil de plomb sans l’ombre d’un nuage à l’horizon. Modèle et assistant prêt, c’est parti.

Air-Remote-TTL-C-frontPour profiter pleinement de cet outil formidable il faut obligatoirement passer par la remote profoto. Une version Nikon et une Canon qui permet de prendre en compte la mesure TTL et une version générique pour le reste des autres marques. Les heureux propriétaires de Hasselblad, Leica et autre apprécieront de ne pas pouvoir profiter du TTL avec ce kit flash.

Disposant d’un Nikon dernière génération, j’ai la possibilité d’utiliser le TTL. Peu importe où l’on place le flash par rapport au modèle, on shoot et c’est exposé parfaitement. Plus besoin de cellule, elle est resté au fond de ma sacoche toute la matinée. C’est vraiment le gros point positif selon moi sur ce genre de matériel, tout comme le Profoto B1. Un gain de temps incroyable.

Grâce à cette remote vous pouvez tout contrôler à distance. Le seul point négatif que j’ai pu lire aussi dans tous les autres tests, est l’absence d’affichage de la valeur de la puissance du flash. Cela s’explique par le fait que l’on travaille avec des groupes de flashs. Si je me retrouve avec deux flashs en groupe A et trois en groupe B il est évident que l’on ne peut se retrouver avec cinq mesures de puissances différentes affichées. De même lorsque l’on modifie la puissance du flash via la remote en réalité on ne change pas la puissance nominale du flash mais la différence de puissance entre les différents groupes. Pour exemple si on shoot avec un seul flash et que l’on change sa puissance via les deux touches + ou -, en réalité il ne se passe rien, cela ne sert que s’il y a la présence d’au moins deux flashs et que l’on souhaite modifier la puissance de l’un par rapport à l’autre. Si on souhaite modifier la puissance du flash en tant que telle alors cela se fait directement sur le boitier via la touche de compensation d’exposition du flash. Et là petit bémol pour Nikon car à chaque fois que l’on y touche le flash intégré sort de son logement pour venir butter sur la remote.

La précision des mesures en revanche elle ne fait pas défaut, il y a une parfaite constance quelle que soit la puissance délivrée aussi bien dans la mesure d’IL que dans la température de couleur. Sur des flashs de construction moyennes il n’est pas rare de trouver des différences de températures de couleur entre la puissance minimale et celle maximale. Elles sont généralement de l’ordre de 500°K en moyenne. Ici moins de 150°K de différences aux puissances opposées.

Possibilité de passer en synchronisation haute vitesse pour pouvoir atteindre 1/8000 s. Petit bémol encore une fois pour Nikon car cela se règle dans les menus du boitier alors que pour Canon un bouton est prévu à cet effet sur la remote.

Premier test avec une source seul sur le côté du modèle

Profoto B2Utilisation d’une petite boite à lumière disposée à 1,50 mètre du sujet. La puissance délivrée et déjà de 8 sur 10 pour compenser le soleil très présent.

Deuxième test avec plusieurs torches cette fois ci et différents modeleurs.

Profoto B2 Air Remote

Verdict

Je pense que conquis est le mot le plus adéquat. Il remplit amplement le job demandé, la qualité est irréprochable, c’est précis et intuitif. Utilisé quasiment toujours à pleine puissance, la batterie a supportée environ 300 shoots. Ce qui me frustre un peu est la puissance de 250 joules qui pourrait, selon les conditions, être un peu juste, nous diront qu’elle suffira dans 9 cas sur 10. La remote très efficace pour peu que l’on travaille avec Nikon ou Canon et contre une somme « modeste » de 350 € TTC. En gros pour acquérir ce kit avec deux têtes flash et la remote il vous faudra en moyenne débourser 3100 € TTC, c’est le prix pour travailler avec du matériel digne de ce nom.

Auteur : Clément Roussel