L’histoire d’une marque : Ann Demeulemeester


ann_demeulemeester_visuel_article2« La mode, c’est comme le rock’n’roll : on doit toujours y trouver un fond de rébellion. »

Novembre 2013. 53 ans. Ann Demeulemeester s’en va.
Une lettre manuscrite annonce son départ et la délégation de sa griffe à Anne Chapelle, sa PDG.

Mais Ann, c’est d’abord une étudiante. Diplomée de l’Académie des Beaux Arts d’Anvers en 1981, elle compte parmi la bande des «Six d’Anvers» dont font partie Walter Van Bierendonck, Dries Van Noten, Dirk Van Saene, Dirk Bikkembergs, Marina Yee et temporairement Martin Margiela. En 1986 que ce groupe prend forme officiellement.Rassemblant leurs maigres économies, ils louent un van et partent pour Londres présenter leur collection automne-hiver. La presse Britannique face à ces noms imprononcables les désignent sous les «Six d’Anvers». Ils redinamisent la mode belge par leurs inspirations diverses et leur avant-gardisme.

A la sortie de ses études, en 1982, elle reçoit le prix de la Cannette d’Or réservé aux créateurs les plus prometteurs.

Ann, c’est aussi un rêve professionnel. En 1985, elle forme avec son mari le photographe, Patrick Robyn, la société BVA «32». Elle propose des produits design de haute qualité tels que des sacs, du prêt-à-porter homme et femme, des chaussures … Deux ans plus tard, elle fait défiler sa collection automne-hiver et en 1992, sur le podium de la Fashion Week de la capitale française, on retrouve sa créativité. Celle-ci allie l’esprit rock’n’roll et le romantisme dans des tenues androgynes. Le vestiaire féminin et masculin se développe toujours en noir et blanc. Son ADN vise à valoriser la personnalité du client et non la beauté du vêtement.

Son ascension lui vaut le prix de la Culture par le gouvernement belge et en 1999, elle ouvre sa première boutique à Anvers.
Ann, c’est le blouson de motard, la jupe longue, les pièces superposées et les grosses mailles.

patti-smith-ann-demeulemeester-annie-leibovitz

Ann, c’est une amitié avec Patti Smith. La chanteuse américaine écrit la naissance de cette relation dans une oeuvre regroupant un millier d’illustrations de la styliste. «Quand la fille de Flandres a eu 16 ans, elle a acheté un disque, Horses. La fille sur la couverture portait une chemise blanche et un ruban noir. (…) A l’autre bout du monde, les ombres tombaient sur la fille qui avait enregistré Horses. Bien que son patti-smith-ann-demeulemeester-horsesgrand amour fut tombé gravement malade, elle était condamnée à continuer à vivre sans lui. En ce moment de grande solitude, elle reçut un colis d’Anvers – une exquise boîte blanche entourée d’un ruban noir – comme une photographie de Mapplethorpe. Elle le posa sur son bureau, près de la fenêtre, mit le ruban de côté, et souleva le couvercle. Là, sous les couches de papier de soie, étaient pliées trois chemises blanches. Elles les déplia et les exposa à la lumière, examinant chaque couture. En fait j’étais cette jeune fille. Je compris que je n’étais pas seule. Quand enfin je remontais sur scène, la fille de Flandres brossa la poussière de mes épaules, ajusta mon col et laça mes boots». Leur amitié dévoile pour le printemps-été 2000 la collection «woolgathering».

Ann, c’est de l’homme et des bijoux. En 2005, la créatrice lance son premier défilé uniquement homme et l’année suivante, ce sont les bijoux qui naissent sous son ADN.

Ann, c’est une créatrice intemporelle. Désintéressée des tendances, anticonformiste, un rien avant-gardiste et adulée aux Etats-Unis, Ann Demeulemeestre est maintenant considérée comme l’une des stars de la «Nouvelle vague».

Auteur : Ariane BARBA