Interview : Gilles Renault


Gilles Renault est un habitué de l’Idéal Studio, présent à beaucoup de nos stages il n’habite pourtant pas la

Photo : C. G. Renault

Photo : C. G. Renault

région lilloise. C’est dans une interview, auquel il a gentiment répondu, que nous essayons de comprendre ce qui pousse ce photographe amateur axonais à venir jusqu’au studio.

ID : Bonjour Gilles, depuis combien de temps faites vous de la photo ?

 GR : Depuis 5 à 6 ans environ.

 ID : Vous avez toujours fait essentiellement de la photo de modèle ?

 GR : Non au début j’ai commencé comme tout le monde en faisant des photos de famille et puis après un break assez long j’ai voulu m’y remettre.

 ID : Vous avez fait pas mal de stages photos à l’Idéal Studio… Pourtant avec votre pratique on pourrait se dire que vous n’en avez pas besoin… Vous apprenez vraiment de nouvelles choses ?

Photo : C. G. Renault

Photo : C. G. Renault

GR : J’ai toujours eu soif d’apprendre ou de renouveler mes connaissances. Pendant 2 ans j’ai « végété » en voulant travailler seul. J’ai testé des stages mais sans grands retours. 3 modèles pour 30 photographes et aucun conseils : j’étais très déçu et puis un jour, j’ai fait part à une maquilleuse de ma déception de certains stages. C’est alors qu’elle m’a conseillé de tester L’Idéal Studio. Depuis ce temps j’avoue que j’adore aller prendre des cours chez Pierre MAGNE car je trouve ces stages clairs et surtout très pratiques, le tout dans une ambiance très agréable. Dans ces stages Pierre n’est pas avare de conseils ou d’anecdotes sur les différents sujets abordés. De ce fait, j’apprends toujours quelque chose et surtout j’aime les sujets traités.

ID : Refaire dans votre salon les photos que vous voyez en stage n’est pas trop compliqué même lorsqu’on est un MacGyver comme vous ?

 GR : Ca c’est un vaste sujet, mais j’avoue que j’aimerais avoir un studio a disposition comme le votre. Cependant j’habite dans l’Aisne, certes ce n est pas loin, mais à part le week end rentrer sur Lille est quelque peu difficile à cause des bouchons. Je fais pas mal de chose mais certaines choses sont franchement impossible à faire soit pour des problèmes de place ou des problèmes techniques. Refaire des stages me permet de voir si j’ai bien assimilé les problèmes d’éclairage etc… Pour l’instant je reconnais que faire le stage Harcourt (avec des flashs et des lumières témoins qui ne fonctionnaient pas) n’a pas été une partie de plaisir, mais cela m’a permis de redécouvrir la découpe de cartons, l’utilisation de scotch bref un retour à l’école. Je pense que c’est ca aussi que nous enseigne pierre : tout faire avec rien.

Photo : C. G. Renault

Photo : C. G. Renault

 ID : J’ai l’impression que vous travaillez souvent avec 3 ou 4 modèles récurrents… Est ce si dur de trouver des modèles qui vous conviennent ? Quels sont les critères, selon vous, pour être un bon modèle ?

 GR : Il est vrai que je travaille souvent avec les mêmes modèles. Dans un sens, je travaille régulièrement avec des collègues de travail qui veulent bien poser avec moi, mais je reconnais que j’aime aussi travailler avec les mêmes modèles car pour moi il s’agit d’un gage de sécurité. Pour moi la photo dépend de 3 critères : – le photographe – la maquilleuse -le modèle. Si les 3 forment une bonne équipe, le résultat est assuré. De plus j’aime aussi l’ambiance d’une séance, elle doit être décontractée avant tout. Je ne suis qu’un photographe amateur et en aucun cas je ne dois me prendre au sérieux. Pour la répondre à votre

Photo : C. G. Renault

Photo : C. G. Renault

deuxième question : pour l’instant j’ai du mal à trouver de nouveaux modèles ne me considérant pas comme un photographe averti. J’ai donc du mal à me lancer avec d’autres modèles car je ne sais pas comment le modèle va réagir si je commets des erreurs surtout si elle a un super book, en fin de compte le problème vient surtout de moi. C’est pourquoi je garde mon petit groupe de modèles mais j’espère passer le cap de cette peur et commencer à voir un peu plus loin. J’avoue que beaucoup de modèles me conviennent mais il faudra d’abord que j’essaie d’étoffer et surtout de mettre a jour mon book pour mieux présenter mon travail. Enfin pour être un bon modèle : voila une question bien difficile a répondre venant d’un modeste photographe. Un bon modèle c’est avant tout une personne qui sait écouter et partager. Lorsque je fais une séance j’aime que le modèle partage ses opinions ou ses idées sur la séance ou sur la série de photo en cours. J’aime aussi l’enthousiasme que peut dégager un modèle, je pense notamment aux amateurs comme moi, quand le modèle s’investit dans la séance en ramenant des affaires sur le thème, cela me soulage puisque je me dis que le modèle est déjà impliqué dans la séance. Je reconnais avoir une petite tendance à aimer les modèles très gracieuses ou dynamiques suivant le cas. C’est pourquoi parfois avec un passé de danseuses est une qualité très importante.