« Tatoueur tatoué » : la reconnaissance d’un art à part entière ?


Le musée du quai Branly à Paris nous a ouvert ses portes le 6 mai dernier pour nous présenter une exposition plutôt peu ordinaire. Elle s’intitule : « Tatoueur tatoué ». La plupart des journaux français et même le New York times signale cet évènement comme un renouveau dans l’histoire de l’art.

En effet, selon chaque société, chaque culture, le tatouage prend un sens qui lui est propre. On fait particulièrement la différence entre l’orient où le tatouage a un rôle religieux, social et plutôt mystique, et l’occident où il prône la criminalité, l’infamie. Cela vous semble cliché ? Ce n’est pourtant pas une idée reçue. Mais cette idée tend à évoluer, et le tatouage perd son exclusivité rituelle. Aujourd’hui, influencé par la publicité et la mode, il est davantage considéré comme un ornement corporel où chacun y trouve sa propre signification. Du marginal au global, le tatouage devient un phénomène planétaire et permanent.

Fidèle aux valeurs du musée « là où dialoguent les cultures », cette exposition retrace l’histoire du tatouage à travers le monde du XVIIIème siècle à nos jours à la manière d’un « wall of fame ». Enfin, 13 œuvres inédites sont exposées, réalisées par des tatoueurs de renom. A travers des bustes, des jambes etc, ces maitres de l’art tels que tin-tin ou bien Filip Leu nous dévoilent leur talent.

affiche_tatoueurs_533x800_def

Un petit voyage à Paris s’impose.

Et pour les adeptes de tatouages et de leur histoire, un nouveau livre est arrivé au studio nommé « Peau » de Philippe Di Folco ! Ce livre revisite les différents « codes de reconnaissance » de plusieurs tribus avec la peau tatouée différemment mais aussi avec la peau percée ou mutilée. Intéressant !

Mit à disposition dans l’Idéal Studio dès maintenant lors de votre venue.