Carnet de voyage : Vietnam par Frank Ryckewaert


Se préparer pour partir faire des photos en voyage est toujours un casse tête !!! Que choisir ? Niveau boîtier, pas de soucis, je viens de passer au full frame, du 7D au 6D. Aucune tergiversation, je prends le 6D. Pour les objectifs, c’est toujours la galère, et finalement je prends tout.

Tout ?

    Vietnam par Frank RyckewaertImpossible de me séparer de mon 70-200 f2.8. Il me permet de photographier des scènes de loin, ou de faire des portraits serrés. Mais, il est très lourd, et surtout très voyant. Donc au bout d’un moment, cela devient pénible de le porter, et les gens nous voient arriver de loin, ce qui n’est pas idéal pour avoir des images naturelles.

Le 24-70 f2.8 semble être l’objectif idéal pour la photo de voyage. Sa grande ouverture permet d’obtenir de jolis bokeh pour les portraits. Il permet de saisir des scènes dans son ensemble à 24mm, et de faire également des portraits plus serrés, à condition de se rapprocher, à 70mm.

L’inséparable cette fois ci aura été mon 50mm 1.4 fraîchement arrivé dans mon sac photo. Niveau discrétion, on fait difficilement mieux. Par contre, sa très grande ouverture apportera son lot d’images ratées et/ou floues. En revanche, lorsqu’une photo est techniquement réussie, elle fera partie des meilleures.

Vietnam par Frank RyckewaertInutile de l’utiliser tout le temps à pleine ouverture. D’abord parce que le piqué à 1.4 n’est pas le meilleur, mais aussi parce qu’avec une telle ouverture, on se retrouve souvent avec des images sur exposées, même à 100iso. Sachant que le 6D ne monte qu’à 1/4000s, ce qui est un peu juste lorsque le soleil est au plus fort.

D’ailleurs, à ce sujet, on le dit souvent, mais photographier dans ces pays ensoleillés (et en général), lorsque le soleil est au plus haut (en gros, de 10h à 16h) ne vous fera certainement pas obtenir les meilleures images. La lumière dure n’étant vraiment pas la plus avantageuse en portrait. Ni en paysage d’ailleurs.

Mais alors ? Sachant que cet intervalle est le plus long de la journée, que faire ? Ne pas s’empêcher de shooter évidemment. D’abord parce qu’on a rarement l’occasion de rester des semaines entières au même endroit lorsqu’on voyage, et ensuite parce que le plaisir de photographier doit rester prioritaire.

Vietnam par Frank RyckewaertOn peut donc essayer de privilégier des jeux d’ombre, ou bien tout simplement faire des photos « souvenir ».

Parce qu’il est difficile, lorsqu’on voyage pour la première fois dans un pays, de s’imprégner directement de l’ambiance, des habitudes de vie. La photo nécessite parfois un repérage, et encore une fois, si on ne reste qu’une ou deux nuits dans une ville, on aura soit ni le temps, ni les conditions de lumière optimales pour faire la photo.

Je parle là de la photo de paysage, mais ça s’applique également à certains portraits. Au Vietnam par exemple, on voulait prendre les gens travaillant dans les rizières au coucher de soleil. Mais pour cela, encore fallait-il qu’il y en ait…du soleil !!!

Nous étions à Hoi An, une des plus belle ville du Vietnam. Un incontournable. La ville mérite de s’y arrêter plusieurs jours. Pour le côté historique d’abord, ses belles façades colorées, sa vie, son marché. Mais également pour sa campagne verdoyante.

Nous avons bien vu les rizières, mais n’avons jamais eu de soleil, et parfois même de la pluie.

Je reviens donc à ce fameux 50mm. Je pense avoir réalisé certaines des photos les plus intéressantes sur le marché, en utilisant la très grande ouverture afin de me concentrer sur certains détails. L’absence de soleil ayant rendu cette série possible en offrant une lumière très froide et assez sombre.

Vietnam par Frank Ryckewaert

Il faut essayer de tirer parti de toutes les situations rencontrées. On aimerait n’avoir que du soleil lorsqu’on voyage, mais ça n’est pas toujours possible, et ça permet de fait de diversifier les images.

L’autre objectif dont j’ai du mal à me séparer en voyage mais qui ne me sert finalement que très peu est le 100mm f2.8. Un objecfif spécalisé pour la photo macro, mais qui peut également être utilisé pour le portrait en remplacement du 70-200 plus encombrant.

Etre discret en voyage est vraiment très important. Pour des raisons de sécurité d’abord, même si au Vietnam il n’y a vraiment aucun soucis, mais aussi et surtout pour essayer de passer le plus inaperçu possible afin de saisir les attitudes les plus naturelles possibles. Souvent, quand les gens nous voient, notamment les enfants, ils ont tendance à poser sur les photos. C’est toujours sympathique, les moments sont amusants, mais cela fait perdre beaucoup à la dynamique de l’image.

Vietnam par Frank RyckewaertLa discrétion est d’autant plus importante que nous sommes un couple de photographes, alors imaginez un peu ce que ça peut donner avec deux 70-200 vissés sur le boîtier. Ici, nous avions le 24-70, qui nous a permis de rester assez proches de notre sujet tout en conservant un cadre permettant de situer les enfants dans leur élément.

Autre accessoire plus ou moins indispensable, un trépied. Si vous ne faîtes pas de photos de paysage ou de photos de nuit, il ne sera pas utile. Je l’ai d’ailleurs fort peu utilisé au Vietnam, par manque de sujets. Le trépied est utile si l’on fait des poses longues, mais il faut surtout avoir de bons sujets, des levers ou couchers de soleil, ce qui fut peu le cas lors du séjour.

Auteur : Frank Ryckewaert