Ils ont fait du nu : Joseph BREITENBACH


Né en 1896 à Munich, il y ouvre son studio de photographie en 1931 et devient le photographe de la scène et du cabaret.
Dès 1933, il fuit l’Allemagne au regard de ses opinions politiques et s’installe à Paris où il cotoiera et photographiera l’élite culturelle de l’époque, Mas Ernst, Louis Aragon par exemple.
Après avoir été internė au début de la guerre, il parvient à émigrer à New York en 1931 où il mourra en 1984. Il a aussi ėté professeur de photographie à la New School for Social Research de New York.

Son oeuvre est multiple, amis dans l’oeuvre consacré au nu, il s’adonne tout autant à l’exercice du nu académique qu’à la reconstitution de scènes de cabaret des années 30, tant en Allemagne qu’en France.

Pour ma part, ses photographies me font penser aux tableaux de Monet, Manet, Courbet où, tel le déjeuner sur l’herbe, la gente féminine est dénudée devant des messieurs habillés.

Daniel VERMEERSCH