Le Tatouage / clivage générationnel et phénomène de mode.


Le salon mondial du tatouage se tenait ce weekend à Paris. Un événement majeur du circuit arty.
Un effet de mode? Pas si sur. Éphémère ou non, le tatouage s’inscrit en force dans l’univers de la mode.
Il propose de nouvelles façon d’aborder le corps et l’identité.

Le tatouage se fait parure, voire vêtement. Il redonne au corps sa sacralité et fait sortir du placard l’image du tatoué, longtemps relayé au rang de bad boy ou de marginal. Aujourd’hui, le tatouage à donc de belles heures devant lui. Des égéries tel que Zombie Boy (alias Rick Genest, égérie de Thierry Mugler découvert par Nicola Formichetti) ou encore Anna Manzas qui livre ses impressions dans  son ouvrage Under my skin (edit. Conti) un recueil de quarante personnalité tatouées.

Le tatouage n’est pas seulement underground, il s’offre les sphères luxe. Nous avons l’exemple de la maison Chanel qui fait défiler des jambes dessinées et sans collants. Dior, également, propose des bijoux tatouages éphémères.

Kate Moss, la figure mode, pose pour la campagne de bijoux Fred et laisse apparaitre un discret tatouage au seuil de sa main.

Alors avant de passer sous l’aiguille, les artistes Decer et Yuki proposent quant à eux une gamme de tatouages éphémères étonnants et ludiques. Une entrée en matière prometteuse!
A ce jour, les expositions et ouvrages sur le tatouage ont leurs lettres de noblesse, notamment l’ouvrage Tatooisme (edit. Belin) qui sort son second opus cette année et s’exporte vers les Etats Unis.

Étant tatouée et modèle, j’ai été démarchée par une marque de bijoux de luxe « grâce  » à mon tatouage.
L’Ideal Studio vous donne également rendez vous le 15 Novembre prochain à la Gare Saint Sauveur pour une exposition sur le corps et le tatouage intitulée « Nudes & Tattoos » : Des photographies de Pierre Magne en collaboration avec des modèles encrés de tous horizons.

 

Photos de Pierre Magne,

http://nudes-tattos.com

Auteur : Caroline Hofman.

Sources :