Flash cobra: nouveauté en matière d’éclairage nomade


600EX-RT

Les flashs de reportage dit « cobra », à l’image de leur forme comparable à celle de la tête du serpent du même nom, sont aujourd’hui un élément indispensable en photographie numérique. Si leur utilisation n’est pas toujours évidente pour les amateurs, les pros sont eux à l’affut des dernières évolutions en la matière. Re-Découvrons le système et les nouveautés qui lui sont associées.

À propos du nouveau flash Canon, même si nous n’avons pas d’informations précises sur ses capacités réelles pour le moment, il s’oriente indéniablement vers ceux qui rechercheront un outil le plus réglable et maniable possible, et offrant une puissance permettant de travailler confortablement à des distances supérieures à 10 mètres.

Le Canon Speedlite 600EX-RT, est annoncé à 700 $ US. Un tarif américain qui devrait lui aussi être traduit à la hausse (par rapport au cours actuel de l’euro), on s’attendra donc à une version tarifaire « Europe » supérieure à 600 euros. Vous pourrez par ailleurs le trouver dans ses deux versions, avec connectivité sans fil par l’infrarouge (comme les flashs précédents) ou avec le récepteur sans fil radio intégré (RT, pour Radio Transmeter). Ce tarif est donc affiché pour la version la plus onéreuse(600 EX-RT, ndlr).

Canon 600ET-RT Speedlite

Coté avancées techniques, une puissance légèrement supérieure au 580 EX, avec cette fois un nombre guide théorique de 60 (plus ou moins équivalent en pratique, comme à chaque annonce de Canon). Le perfectionnement du zoom intégré au système tube-éclair permet également de descendre à un champ correspondant à une focale de 20mm, et 14mm avec diffuseur grand angle – mais là encore pas de miracle par rapport au précédent. Nous pouvons également mentionner le traitement comparable à l’ « anti-ruissellement» des boitiers, qui a été ajouté à ce nouveau flash. Il devient ainsi opérationnel sans soucis même sous la plus (mention américaine « weatherproof) »). Attention toutefois, il n’en est pas pour autant étanche!

Même si les caractéristiques théoriques restent sensiblement les mêmes, ainsi que le mode de mesure de la lumière E-TTL 2 identique à précédemment, nous attendons beaucoup de ce flash sur le terrain, notamment en gestion de la puissance de l’éclair en fill-in (ajout du flash à la lumière ambiante), ainsi qu’en gestion de la colorimétrie, du respect par exemple des teintes chairs sur la peau d’un visage dans une scène festive éclairée par des sources diverses et variées. Ce cas typique survient souvent lors des reportages, en mariage par exemple, et nous devrons donc attendre des résultats de tests pratiques pour en savoir plus.

EX600

Comble du perfectionnement: l’ajout d’un récepteur radio intégré, qui ne va donc pas sans l’achat d’un émetteur du même type. Cette option (disponible sur la version RT) était autrefois contournée par l’utilisation de petites astuces de photographes, notamment avec les déclencheurs infrarouge. Il faut bien admettre tout de même que l’arrivée d’un tel produit sur le marché, prêt à l’emploi et qui sera totalement fonctionnel y compris en déclenchement à distance, est une aubaine quand on connait tous les déboires que provoquent les flashs cobras par leurs dysfonctionnements intempestifs.

Il est néanmoins annoncé comme un bond en avant dans la gestion du flash chez Canon, ce qui est très rassurant au regard du retard de la marque rouge sur son concurrent direct: Nikon. Avec son prix très élevé et ses performances (prétendues) hors normes, notamment sa puissance, il reste pour l’instant réservé au budgets les plus fournis, et notamment aux professionnels qui y trouveront certainement des solutions à leurs soucis du quotidien. Reste maintenant à le mettre à rude épreuve sur le terrain, pour évaluer son rapport qualité/prix et répandre son utilisation au plus grand nombre…

Auteur : Thibaut Bissuel
http://www.brightromance.com/