La photo est morte, vive la photo !


Conférence débat à la Maison de la Photographie, à Lille, vendredi 28 octobre
Avec Sylvain Maresca, sociologue à l’université de Nantes
Philippe Schlienger, président de l’UPP, Jorge Alvarez, secrétaire général

L’avènement du numérique a bouleversé le monde de la photographie. C’est une évidence. Mais au-delà des novations techniques, sait-on exactement ce qu’il en est de ces bouleversements et plus précisément quelles en sont les conséquences économiques pour toute une profession ? « Les photographes n’ont pas choisi le numérique », a souligné Sylvain Maresca lors de la conférence débat qui s’est déroulée à la Maison de la Photographie, ce vendredi 28 octobre 2011. « Le numérique est intervenu dans la photogravure, il s’est ensuite imposé à la photographie tout entière. »

Sociologue à l’université de Nantes, Sylvain Maresca a entrepris une étude minutieuse sur le métier de photographe dont il a livré les grandes lignes. La plupart des photographes présents ont pu se retrouver dans cette vaste saga du numérique mais ils ont également découvert des aspects qu’ils ignoraient. Par exemple, Sylain Maresca date au début des années 1990 et à la première guerre du golfe les premières difficultés économiques pour la photographie. A l’époque, le numérique ne pouvait pas être en cause mais plutôt les évolutions profondes dans le monde de la communication et de la publicité.

Sylvain Maresca entend poursuivre et approfondir cette étude et, de ce point de vue, le concours de l’Union des Photographes Professionnels lui est acquis. Philippe Schlienger, président de l’UPP et Jorge Alvarez, secrétaire général, qui ont participé à cette rencontre, ont dit tout l’intérêt que l’organisation des photographes portait à une connaissance plus fine des raisons qui ont conduit à la dépréciation de la photographie. Loin de s’en faire une fatalité, une telle étude peut, tout au contraire, permettre de trouver des chemins originaux pour une réhabilitation à la fois culturelle et économique de la photographie d’auteur.

Par Jean Miaille – Photos Renaud Wailliez

Pour écouter cette conférence : cliquez ici